Cache-cou Garéguin Njdeh

20,00 

Cache-cou Garéguin Njdeh
Né en 1886 au Nakhitchevan, homme d'État arménien, membre des unités irrégulières, et penseur politique. Garegin Njdeh est l’un des pères fondateurs de l’Arménie contemporaine et un personnage historique. En 1907, il est diplômé de l’école des officiers de Sofia. Il s'est notamment impliqué dans des activités révolutionnaires en Arménie, Bulgarie et Russie. En 1912, il forme un bataillon arménien incorporé à l'armée bulgare, en lutte contre l'Empire ottoman durant la Première Guerre balkanique. Résolument anti-bolchévique, il organise en 1919, la défense du Zangezur contre le mouvement insurrectionnel au sein de la Première République d'Arménie, accompagné de l'expulsion de la minorité azérie locale. Njdeh libère Kapan, Sisian et Goris. Pendant les années 1920 et 1930, il s’est fait connaître par ses idées nationalistes s’appuyant sur une vision raciale de l'essence biologique et spirituelle de la Grande nation arménienne. Après l’entrée de l’armée soviétique en Bulgarie en septembre 1944, Njdeh est arrêté puis transféré à Moscou, condamné à 25 ans de prison.
Il est décédé le 21 décembre 1948. Son corps sera secrètement transféré à Erevan. En raison de sa force mentale et physique, Njdeh a survécu onze ans dans des conditions de détention soviétiques qui auraient pu tuer une personne en bonne santé en quelques mois.
Pour un cache-cou acheté, un cache-cou est offert à un soldat sur le front.

6 en stock

Catégorie :

Description

Cache-cou Garé­guin Njdeh
Né en 1886 au Nakhit­che­van, homme d’É­tat armé­nien, membre des uni­tés irré­gu­lières, et pen­seur poli­tique. Gare­gin Njdeh est l’un des pères fon­da­teurs de l’Arménie contem­po­raine et un per­son­nage his­to­rique. En 1907, il est diplô­mé de l’école des offi­ciers de Sofia. Il s’est notam­ment impli­qué dans des acti­vi­tés révo­lu­tion­naires en Armé­nie, Bul­ga­rie et Rus­sie. En 1912, il forme un bataillon armé­nien incor­po­ré à l’ar­mée bul­gare, en lutte contre l’Em­pire otto­man durant la Pre­mière Guerre bal­ka­nique. Réso­lu­ment anti-bol­ché­vique, il orga­nise en 1919, la défense du Zan­ge­zur contre le mou­ve­ment insur­rec­tion­nel au sein de la Pre­mière Répu­blique d’Ar­mé­nie, accom­pa­gné de l’ex­pul­sion de la mino­ri­té azé­rie locale. Njdeh libère Kapan, Sisian et Goris. Pen­dant les années 1920 et 1930, il s’est fait connaître par ses idées natio­na­listes s’appuyant sur une vision raciale de l’es­sence bio­lo­gique et spi­ri­tuelle de la Grande nation armé­nienne. Après l’entrée de l’armée sovié­tique en Bul­ga­rie en sep­tembre 1944, Njdeh est arrê­té puis trans­fé­ré à Mos­cou, condam­né à 25 ans de prison.
Il est décé­dé le 21 décembre 1948. Son corps sera secrè­te­ment trans­fé­ré à Ere­van. En rai­son de sa force men­tale et phy­sique, Njdeh a sur­vé­cu onze ans dans des condi­tions de déten­tion sovié­tiques qui auraient pu tuer une per­sonne en bonne san­té en quelques mois.
Pour un cache-cou ache­té, un cache-cou est offert à un sol­dat sur le front.

Informations complémentaires

Poids 0,11 kg

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Cache-cou Garéguin Njdeh”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez peut-être aussi…